RencontreKabila

Ma rencontre avec Kabila

Derrière un visage impassible, flegmatique, presque dénué de sentiment, se cache un homme avenant. S’il paraît incolore et inodore, le Président de la R-dCongo a fait d’énormes progrès en matière de communication. Il faut croire qu’il a pris des cours de marketing politique.

Peut-être se lâche-t-il peu, qu’il est peu loquace et garde des réflexes quasi militaires. Il dormirait peu mais se lève tôt.

À 7 heures, il est le premier à débouler à son bureau, face au majestueux fleuve, au volant lui-même d’un tout-terrain ou d’un autre bolide qu’il affectionne, surprenant parfois ses collaborateurs.

«Cet homme ne saurait être celui qui se fait rédiger ses interviewes à la presse comme il est parfois présenté ou se fait communiquer les questions des journalistes avant de leur répondre. À ce que j’ai vu, il y a trop de mensonges en circulation. C’est le devoir de témoignage. Ceux qui croient qu’il n’a pas la capacité de gouverner doivent le rencontrer».

 

À Durban, Kuazulu, côte Est d’Afrique Australe, je tentais lors du lancement de l’Union Africaine mi juillet 2002 de le rencontrer pour une visite de courtoisie. Des membres politiquement ouverts de son hétéroclite entourage m’en avaient fait chaudement la suggestion.

Nous sommes entre les deux Sun City

Aussitôt, on me fit connaître sa décision: «Il s’agit d’un compatriote qui sollicite de rencontrer le Chef de l’État en visite à l’étranger; il n’y voit aucun inconvénient. Tenez-vous prêt…»

Pourtant, échec et mât. Je ne parvins guère à défaire le cordon de protection. Je n’en éprouvai aucun remords.

Cet homme arrivé au pouvoir on va dire par à-coup, je n’avais de lui aucune idée hormis ce qu’on lit d’affreux ou de dithyrambique dans les groupes de discussion sur l’Internet ou que servent platement certaines télés quand on vient à les capter. Il me paraissait si timide pour exercer la lourde fonction présidentielle.

 

MON RÊVE LE PLUS INTIME.

Deux ou trois fois au tout début de son règne, il est passé à Bruxelles pour prendre part à des réunions avec la partie belge.

Approché par l’habituelle meute de journalistes et de photographes qui campent devant les sommets afin qu’il donne à entendre son commentaire, il se reporta machinalement à ce que le représentant de l’ancienne puissance coloniale venait de dire. «Je n’ai rien à ajouter à ce que vient de dire Monsieur…», nous surprenait le Président dans un français au lourd accent anglais qu’il maîtrise.

S’il veut séduire son peuple – objectif affirmé de tout dirigeant -, pourquoi le Président s’abstient-il de profiter de cette occasion pour lui envoyer des signaux?

Après la fin de Mobutu, je rêvais d’un homme exceptionnel – mais qui sont-ils ces personnages providentiels, ces «Pères de la Nation»? -, d’un brillant personnage. C’est un taciturne qui nous était offert. La voix de l’ex-Zaïre avait cessé de résonner dans les forums internationaux, là où le Léopard donnait lui-même le spectacle…

Si le nouveau président manquait de charisme, c’est le moins que l’on pouvait dire. Mais la véritable tragédie est qu’il n’ouvrait jamais la bouche. Du moins disait-on. Dans un monde où tout est information et communication, comment défaire une crise, électriser les foules de déshérités si on ne peut s’emparer du micro et enflammer à la Chavez celles-ci?

Toute mon approche de Joseph Kabila Kabange était construite à partir de là, une approche nourrie par nos images d’Épinal. Je n’avais aucune haute idée de lui. Je ne lui donnais aucune chance.

Le pays est au deuxième président après Mobutu, et je n’ai pas trouvé l’homme qui le mènerait à bien.

Plus d’une fois j’ai expliqué et convaincu autour de moi que Kabila coulerait dès le premier duel face au premier quidam. J’expliquais que le Président n’aurait aucune raison d’aller à un affrontement radio-télévisé qui risquerait de tourner à un massacre.

À l’instar de cet habitué de l’Internet, j’esclaffais de rires et désespérais de lui quand l’homme blanc tentait de nous convaincre que Kabila était un homme exceptionnel et d’une intelligence vive. Ou c’est du sadisme ou c’est du racisme, les choses me paraissaient évidentes.

De retour à Kinshasa, plusieurs fois je tentais de le rencontrer. J’avais des questions personnelles à poser. Je lui adressais même une correspondance personnelle.

Dans le cadre du Dialogue inter-congolais, il avait été décidé à la réunion de Gaborone que l’État indemniserait tout privé dont les biens avaient été pillés ou saisis lors des émeutes anti-faim ou des pogroms anti-ethnie. Déjà, Mobutu l’avait fait. Le régime né en Afrique du Sud a tenu parole, en indemnisant certains barons.

Ma maison et mes biens avaient été spoliés par l’armée et par des proches de l’ancienne rébellion Afdl. Comme tout Citoyen de mon pays, j’estimais avoir des droits à faire valoir auprès du pouvoir.

Mais plus les jours passaient, plus je percevais mieux l’injustice ambiante. Dans ce régime des Composantes et Entités, ce ne sont pas les offres qui ont fait défaut. Fallait-il cependant accepter n’importe quoi, aller se tordre la hanche si l’on voulait rentrer dans ses droits?

Pour avoir joué un rôle de premier plan dans l’un des groupes qui se partageaient désormais le pouvoir à Kinshasa, j’estimais que ma place ne devait précisément pas être n’importe où. Dieu – qu’Il soit loué! – m’a pourvu d’une réelle capacité d’entreprendre dont je ne cesse de le remercier. Là où certains m’ont vivement souhaité la mort, Lui m’a donné la vie. Plus que d’autres, moi, je disposais du temps pour voir venir les événements et décider de mon avenir.

J’avais été trop accusé d’avoir accepté d’être ministre de l’ultime gouvernement de Mobutu mourant alors qu’en me maintenant dehors, rien, aux dires de mes critiques, n’aurait été sans moi. Plus tard, je serai critiqué d’avoir rallié tête baissée une rébellion pro-rwandaise et d’y être resté envers et contre tout alors que tout le monde quittait le navire.

Je n’ai jamais regretté d’avoir fait partie du Gouvernement Likulia, ni d’avoir rejoint le RCD-Goma. Aujourd’hui, face aux mêmes événements, dans les mêmes conditions, je prendrais certainement les mêmes décisions.

Les deux expériences m’ont permis d’enrichir ma connaissance politique et ma connaissance de l’homme et du pays.

 

LA CROIX ET LA BANNIERE.

Séjourner dans la partie orientale du pays est une chance unique pour un homme politique d’envergure nationale. De là sont parties au moins deux guerres qui ont évincé à Kinshasa deux Chefs d’État.

Comment vivre dans la Capitale, apprécier correctement les événements nationaux et régionaux en ignorant que dans les Kivu quand un homme vous dit oui, c’est pour vous dire non; que la réalité ici est loin d’être celle que vous percevez; que si la province Orientale est ouverte et offre à qui débarque toutes les délices de sa faune, elle est celle qui vous détestera le plus.

On comprend pourquoi cette province est jalonnée de mille guerres et pourquoi l’Ituri s’installe dans l’abîme.

C’est la croix et la bannière pour qui tente de rencontrer Joseph Kabila. Il y a autour de cet homme sont formés plusieurs cercles. Comme c’est le cas dans toutes les cours, les cercles sont en compétition et on ne sait lequel prend le dessus sur l’autre, ni à quel moment. Le salut pour qui veut consiste à déceler celui qui, quand vous y arrivez, a le contrôle de la situation.

Le pouvoir c’est comme le temps qu’il fait. C’est tellement changeant.

Il y a aussi le Swahili. Enfoncé dans mon travail, les années passées à l’Est ne m’ont permis ni d’apprendre cette merveilleuse langue africaine, ni d’en bagouiller quelques mots.

Comment approcher un cercle aussi fermé quand cette appartenance vous est absente?

Si le veilleur reste éveillé, il trouvera une opportunité.

Quand ce vendredi 17 février au matin, je suis assis dans l’un des salons du Président de la République – la pièce où le Chef de l’État reçoit les lettres de créance des Ambassadeurs et autres représentants des monarques étrangers – je réalise que la partie finit par s’offrir à qui sait se montrer patient.

À l’heure dite, le membre du service du protocole qui m’a accueilli, 400 mètres plus loin, depuis mon arrivée dans ce Palais de la Nation, m’a précédé pour m’introduire dans ce bureau austère aux chaises art-déco qu’anime une télé nue, est le même qui m’invite à le suivre en ouvrant la double porte capitonnée du bureau de travail du Président de la République.

Je n’avais jamais vu Kabila avant en dehors de la télévision.

L’homme qui se dresse là, debout à un coin de sa table de travail, des feuilles blanches à la main que je soupçonne renfermer son allocution du lendemain qu’il prononcera devant le président en exercice de l’UA, le Brazza-congolais Denis Sassou-Nguesso et le Sud-africain Thabo Mbeki, le ministre angolais des Affaires étrangères, Joao de Miranda et des représentants de l’UE, est la copie conforme de ce que j’ai toujours vu à la télé.

Qu’elle est tout de même magnifique la télé. Le Président que je vois là est le même que je vois dans la lucarne.

«Professeur Kin-kiey», il s’adresse à moi comme s’il me connaissait de longue date! Comme j’aime à être appelé. Il est si aimable, Monsieur le Président…

À mon tour, j’ai la nette impression de le connaître depuis des lustres. Un psy y verrait un commentaire. J’aimerais savoir lequel.

Quand il traverse toute sa suite de bureaux pour m’accompagner jusqu’à l’escalier qui conduit au rez-de-chaussée, je sens que cet homme m’a vaincu.

Dans le passé, j’ai rencontré des monarques, grands et petits, blancs et noirs, je trouve ce Président grand. Ceux qui le disent timide ont tort. Il paraît être d’une culture achevée. Mobutu savait à peine parler quand il prit le pouvoir. Plus tard, il deviendra l’un des plus grands hommes de la terre.

J’ai appris que Kabila se rendait à son poste de travail tôt le matin, parfois dès 7 heures, lui-même au volant de son tout-terrain, et ne le quitte qu’à des heures tardives.

Il m’avait été dit qu’il me recevrait à 7 heures et le haut fonctionnaire qui m’a donné la nouvelle au téléphone m’a paru embarrassé de me faire venir à une pareille heure.

La veille, lors de la confirmation de la rencontre, on me fit savoir que le rendez-vous avait été repoussé d’une heure et que ce sera à 8 heures. Le Président avait dû avoir un premier rendez-vous urgent à sa résidence à cinq minutes de là, où il reçoit aussi.

On vînt m’extraire de la salle d’attente du chef du protocole peu avant 8 heures à peine qu’une camionnette militaire de GSSP faisant partie de l’escorte présidentielle venait de faire son entrée dans l’enclos du Palais.

Dix minutes plus tard, j’étais face à Joseph Kabila Kabange.

 

CE QUI FAIT DEBAT.

Comme je n’aime pas faire attendre un hôte, je dédaigne à ce qu’on me fasse attendre après l’heure convenue et j’apprécie particulièrement cette ponctualité présidentielle.

Le respect de l’heure tient de la politesse des rois. C’est une surprise alors que la ville bruisse du «subiri, subiri…» («attendez, attendez…») lorsqu’on décrit le peu d’empressement qui caractériserait le pouvoir kabiliste. Les Kinois ont transformé ce «subiri, subiri» en «subir, subir» l’empire du chaos. C’était peut-être vrai sous le «Mzee». Cela l’est moins désormais.

Cent minutes de conversation en tête-à-tête, toutes les questions ont été abordées dans une logique implacable. Contrairement à moi, ceux qui pensent que la qualité d’un homme passe par la maîtrise de la langue française en seront comblés!

Même celles que je n’ai pas voulu poser – «on ne voit pas le Chef d’État pour des questions d’intendance», lui dis-je -, il me rappelle gentiment que ces questions doivent me tenir à cœur et se désole des «dégâts causés par la guerre».

Comme le film de Thomas Gilou, la Vérité si je mens.

Cent minutes au cours desquelles je n’ai pas entendu de sa bouche la moindre petite faute de français. Bien au contraire, Kabila parle un français impeccable.

Je n’ai pas décelé le moindre petit problème de logique dans l’approche et le déroulement de l’entretien. J’en connais des hommes, des diplômés d’université qui passent d’un sujet à l’autre sans bonheur comme du coq à l’âne.

Je croyais le Président passant son temps à écouter ses visiteurs. Je l’ai trouvé parfait dans son élément du pouvoir, dans sa maîtrise des questions. Ni trop loquace, ni trop taciturne.

Cet homme ne saurait être celui qui se fait rédiger ses interviewes à la presse comme il est parfois présenté ou se fait communiquer les questions des journalistes avant de leur répondre.

À ce que j’ai vu, il y a trop de mensonges en circulation. C’est le devoir de témoignage.

Ceux qui croient qu’il n’a pas la capacité de gouverner doivent le rencontrer.

Que n’a-t-on dit de Mobutu à ses débuts? Trop jeune, il ne réussira pas. Dépourvu de diplôme au point d’en complexer le félin. Qui a jamais contesté les capacités du Léopard à gouverner?

J’ai rencontré Kabila non pas comme journaliste, mais comme Citoyen. Devant mon énorme surprise, le journaliste qui dort en moi revient au galop.

«Si j’avais enregistré cet entretien, je l’aurais diffusé sans la moindre altération. Monsieur le Président, ceci aurait été le démenti le plus cinglant qu’on puisse opposer à ceux qui mettent en cause la qualité ou la capacité à la tête de l’État…»

Le problème n’est-ce point le 1+4?

Si j’en suis à cela, c’est que j’ai dit tout de go au Président l’objet de ma visite en lui demandant de combien de temps je disposais. «Voulez-vous rester toute la journée, professeur Kin-kiey?», me dit-il sourire en coin. Qui a dit que Kabila est froid, qu’il n’est pas chaleureux, qu’il ne déborde pas d’humour?

Dès le départ, il m’a mis à l’aise. J’en tire profit pour pousser plus loin mon exploration. Je m’aventure dans le débat électoral qui peu à peu s’installe. Il sera difficile, sale voire sanglant pour tous les protagonistes. Toutes les questions qui font débat ou ont fait débat vont ressurgir.

Celle qui a fait rage au Parlement sur le diplôme. Celle récurrente sur la filiation, sur la nationalité. Celle sur la criminalité: l’assassinat du «Mzee», celui du journaliste Franck Ngycke.

Le Président prend une vingtaine de minutes à commenter mon propos.

«Je pensais qu’on débattrait de la gestion de l’État. Soit. Les diplômes? Mais, moi, j’ai les miens. Pourquoi s’en préoccuper ! Je ne serais pas le fils de mon père? Professeur Kin-kiey, ce n’est pas à moi que cela fait mal, c’est à ma famille, à ma mère, à mes frères et sœurs. Ils trouvent cela trop injuste…»

«Je ne comprends pas pourquoi on me conteste à moi d’être Congolais alors que personne n’a jamais rien contesté à ma sœur jumelle! J’ai lu sur l’Internet parce qu’il m’arrive de passer du temps sur l’Internet que quelqu’un voulait que je fasse un test ADN. Non, un Chef d’État ne descend pas si bas! À supposer que je passe ce test, que répondraient ceux qui m’y auraient poussé si ce test se révélait positif? Ceux qui m’auraient lancé ce défi, il faut bien qu’ils aient à en répondre, non? L’assassinat de mon père? Pourquoi l’aurais-je fait? On a dit qu’on a trouvé un général de je ne sais quel pays avec dans sa poche la carte de visite de l’assassin et que ce général a passé un appel téléphonique à l’étranger! Que voulez-vous que je réponde à des telles histoires?»

Tel un assiégé dans un camp retranché, il s’interroge ne sachant pas où donner de la tête.

Mensonge! Plus il est gros, plus il est crédible? Comment répondre sinon par le silence?

«Le journaliste…» Quand je lui dis que l’affaire prend de l’ampleur et ressemble à l’affaire Zongo au Burkina Faso, il complète en signe d’acquiescement: «Norbert…»

Puis me demande les détails expliquant avoir été briefé par un collaborateur. Quand je m’emploie à lui parler du rapport de JED, le Président me donne l’impression de ne pas avoir été pleinement informé sur la mort de ce confrère doublée de celle de sa compagne Hélène.

J’insiste sur le lien établi par JED entre l’arrestation de Booto le 2 novembre 2005 dans la journée et l’assassinat de Ngycke dans la nuit du même jour. Le Président m’interrompt: «Booto c’est l’affaire des 30 millions de dollars que j’aurais transférés en Tanzanie?»

«Contrairement à ce qu’écrit JED, il en parle comme si cette affaire n’avait jamais existé. Il banalise. Je tente de placer un mot:

«Je comprendrais qu’un Chef d’État fasse un don à une école où il a étudié. Mais tout de même pas 30 millions de dollars!»

«C’est ignorer comment fonctionne le système de dépense de l’État. Comment aurais-je sorti 30 millions de dollars?»

Puis, très dur: «Trop de journaux chez nous ne sont que des tracts. Cela dit, vous me donnez une idée, moi qui n’ai jamais rien offert à mon école. Je crois que je vais y penser…»

«Puis: «Pourquoi parle-t-on de la Tanzanie ? C’est pour insinuer que je serais Tanzanien? Vraiment, Professeur Kin-kiey, je suis heureux d’avoir passé une partie de ma jeunesse dans ce pays. De nombreux jeunes Africains y ont été et y ont fait un apprentissage idéologique. Ils ont été ou sont de grands dirigeants, des modèles pour des générations. Moi, je remercie mon père de m’avoir donné l’occasion d’y passer ma jeune enfance…»

Quand je lui demande qu’il rende sa liberté à Booto en prison depuis quatre mois, et il rendrait service à la liberté, il m’écoute, s’installe dans le silence. Il m’a entendu.

«Quelqu’un a dit: « Parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence». Confucius: «Le silence est un ami qui ne trahit jamais».

DEMAIN IL FERA BEAU.

Face à nombre de ses pourfendeurs, Kabila se laisserait-il tenté par le silence? Une option qu’il a prise depuis longtemps et qu’il ne souhaite pas changer. Chirac lui sert-il de modèle? Comme le Président français, avec ses mots, il a réclamé le 18 février de la dignité dans le débat qui s’annonce.

Comment obtenir cela de ses adversaires quand la Toile déborde et rougit d’images du monstre Frankenstein? Faut-il pousser la CEI à élaborer un code de bonne conduite lors de la campagne? Peut-être ne faut-il pas exagérer: quand l’Irak faisait rage, Bush en a eu pire. C’est la démocratie.

«Je croyais qu’on m’attaquerait sur des questions de gestion d’État et de l’État… Mais si on descend si bas…».

«J’ai déjà sacrifié ma jeunesse pour notre pays. Je suis prêt à poursuivre le sacrifice», me déclare le Président.

«Pour la première fois depuis bientôt 1 heure 40’ que je suis en face de lui, Kabila sans ambiguïté me donne à penser que sa décision de prendre la course pour la Magistrature suprême est prise.

La question n’est plus de savoir s’il va se présenter, la question désormais consiste à savoir quand et comment il va annoncer sa décision au pays et que son parti PPRD qui l’a pressé le 6 février d’accepter attend fiévreusement d’ovationner.

Puis, s’interrompant, il tourne le regard à l’extérieur au travers d’une baie vitrée donnant sur l’énorme piscine et le majestueux fleuve. Il a senti des gouttelettes de pluie tomber sur le toit de la Présidence de la République.

«C’est la pluie! Il pleut! On va avoir la pluie demain!», s’inquiète-t-il en pensant à la cérémonie qu’il va présider en ces lieux à l’occasion de la signature et de la promulgation de la nouvelle Constitution.

S’il me quitte, il va accueillir le 1er couple brazza-congolais qui est annoncé.

«On m’a dit que c’était la saison sèche! Mais s’il pleut, ça risque de gâter demain!»

«Oui, Monsieur le Président, c’est la fausse petite saison sèche. Mais il vaut mieux qu’il pleuve aujourd’hui. Demain, il fera beau», l’assurais-je.

Demain, devant Sassou, devant Mbeki, devant le monde, il a fait plein soleil.

Prof. Tryphon Kin-Kiey Mulumba © Le Soft International 23.02.2006